Billet du mois de mars (C’est une farce, on le sait qu’on écrit pas assez souvent)

Quand on est papa ou maman, il y a des mots, des phrases qu’on ne peut pas dire devant les enfants. Voici notre liste…

Au lieu de dire : « Est-ce qu’on fait l’amour ce soir? », on dit : »On relaxe devant un film ce soir? »

« J’ai le goût de tes fesses… » par « J’ai le goût d’arroser les plantes! »

« Cooooux! T’es cave! » par « Je t’aime, mon amour! »

« Il y a un méchant gros tas de caca dans la couche! » par « Il vient de nous faire un Kafka! »

« Nooon, pas de la visite! » par « Barre la porte! »

« J’ferme la porte du bureau, j’vais me crosser » par « Papa travaille! »

Aller au centre d’achat avec le grand frère relève de l’exploit olympique…

Un bébé de 20 mois dans un centre d’achat, ça peut être épuisant!

Nous avons volé un truc à César… Le gars avec les pitous, là… L’homme qui parle aux chiens à Canal Vie…

Quand on va au centre d’achat, on achète deux bouteilles de 1 litre d’eau.

On colle deux faces de Mickey Mouse dessus…

Et on dit: « Wow, les beaux toutous! »

Et il les traîne partout dans le centre d’achat…

Ce qui fait qu’à la fin de la journée, il est claqué…

Et le bébé dort dans l’auto… Ce qui fait qu’on peut parler du film qu’on va écouter en relaxant le soir!

Ou des plantes qu’on a le goût d’arroser…

Publicités

Commentaires fermés sur Billet du mois de mars (C’est une farce, on le sait qu’on écrit pas assez souvent)

Classé dans Nous

Ooooups, la Saint-Valentin!

Chérie?

Oui?

J’pense qu’on a oublié la Saint-Valentin…

TU as oublié la Saint-Valentin! C’est le travail de l’homme de s’occuper de cette fête! Après 16 ans de vie commune, c’est normal!

J’pensais qu’on pourrait fêter ça le 8 mars?

C’est pas le jour de la femme, ça?

Tu tiens à ta journée?

Oui, j’aime ça t’entendre chialer toute la journée du 8 mars que vous autres, les hommes, vous avez pas de journée!

C’est vrai, on n’a pas de journée, nous, les hommes, pour crier que nous aussi, on a des droits!!!

Pôôôôvres voooous… Bon, OK, la Saint-Valentin, le 8 mars, je suis d’accord!

Pis on n’aura pas de problème à réserver dans un restaurant! L’autre nuit, pendant que tu changeais une couche, je me demandais combien ça fait de temps qu’on est ensemble…

Ça a l’air que c’est aussi difficile à retenir que ton numéro de cellulaire…

L’autre jour, quand tu étais dans la salle de bain en train de donner les bains aux p’tits frères, je me demandais si tu te souvenais du soir de notre rencontre. Moi, avec la boisson, je ne m’en souviens pas…

J’aimerais oublier aussi ce soir de février, en 1994, où tu m’as vomi une grosse galvaude dessus à 4 h 30 du matin…

Est-ce qu’on s’est embrassés le premier soir?

Avant 4 h 30…

Hé! Pour la Saint-Valentin, on pourrait louer cette chambre d’hôtel ? Mais avant, il te reste quelques jours pour suivre des cours !

Tiens donc… J’aime comme mieux célébrer le jour de la femme!

Tant mieux, j’vais avoir juste à passer la balayeuse… Ça va me coûter moins cher! J’peux laisser faire les roses?

Oui.

On pourrait quand même se faire des gâteries le soir?

Oui… Tu m’achèteras une boîte de chocolat!

3 Commentaires

Classé dans Nous

10′ x 18′

Voilà une semaine et demie, le grand frère avait un rendez-vous pour « échographier » le ganglion qui était très enflé… Finalement, il s’est fait hospitaliser… cinq jours… Tout est maintenant revenu à la normale; mardi soir, nous étions de retour à la maison!

Nous avons une petite pensée pour ceux et celles qui se retrouvent trop souvent dans ce lieu avec leurs ti-poux. Nous vous dédions nos niaiseries d’aujourd’hui.

Là, on va écrire des niaiseries, mais on tient à souligner que le personnel était fantastique! On sait, on sait, c’est une vocation très difficile…

Nous voulons vous raconter nos quatre jours ou plutôt nos 100 heures dans un 10′ x 18′.

Dans les 10 premières heures à l’hôpital, on s’assure qu’on ne s’installe pas trop bien dans une salle d’attente… Donc, quand ça fait une heure qu’on attend dans une salle, ils vous appellent et vous changent de salle d’attente…

Ça change le mal de place…

Vingt heures à l’hôpital, pour Co, c’était comme des vacances… Pas de lavage, pas de vaisselle, pas de repas à préparer et juste un bébé. T’étais comme en vacances! T’avais juste à jouer avec le grand frère!

Bienvenue à l’hôtel Honoré-Mercier! Les repas vous seront servis dans la chambre. Vue imprenable sur le toit du 3e étage. Service aux chambres. Thermomètre rectal inclus.

Ce qui est fatigant pour un papa, c’est qu’on dirait que les infirmières d’un certain âge nous jugent…

À un moment donné, je me suis dit : tant qu’à être jugé, je vais leur donner de bonnes raisons… Et j’ai lancé L’opération questions épaisses :

« Y a-tu un quartier où il y a de la prostitution à Saint-Hyacinthe? »

« Y a-tu un bar de danseuses proche? À part le ****** , où les danseuses sont trop vieilles… Elles ont 40 ans! »

« J’peux-tu m’amener de la bière dans la chambre? »

« Y a-tu une place où je peux battre mon enfant dans l’intimité? »

« Pourquoi on peut pas avoir Playboy Channel sur le câble de l’hôpital? »

« Est-ce que ma blonde peut installer sa pole dans la chambre? Elle a le goût de danser… »

Autre question épaisse : « Avez-vous pensé à vous laver les mains? » Sous l’évier, il y  avait une vieille affiche qui demandait ça. Et sur le mur, on pouvait lire la version récente : « Lavez-vous les mains ». Intéressant, quand même, le changement de ton en quelques années…

Après une quarantaine d’heures, nous avons décidé de jouer à un jeu : ce que Co et moi faisons, dans ces moments plates, c’est de donner des surnoms aux gens qu’on côtoie. Comme « La Barbie brunette méchante », « Docteur Tetons », « Garde pas propre », « L’amie Val », « Garde Lavez-le donc« , « Infirmière Prends-y sa température, maman, j’vas revenir »…

Y avait aussi madame « Je r’viens de vacances dans le sud, mais ça améliore pas mon humeur ». (Mais c’était peut-être des visites chez Bronzage Moderne Inc. de Saint-Hyacinthe.)

Et comment oublier le concierge père Noël. Grâce à lui, j’ai su que ceux qui ambitionnent de faire le ménage de l’hôpital devront devenir, diplôme à l’appui, des techniciens en salubrité, après des études de six mois. Deux piastres de plus l’heure. Quand même. Et TVA n’était même pas sur les lieux. À un moment donné, le dit concierge m’a spécifié, sans que je ne demande rien : « Inquiétez-vous pas, c’est des produits nettoyants biologiques, y a pas de danger ». OK, c’est bon, fiston va pouvoir lécher les barreaux de son lit et ça va se biodégrader dans son corps en 28 jours!

En passant, Co, je suis biodégradable… Dans le sens de me lécher…

J’ai noté. J’aurais dû me douter qu’en choisissant le verbe lécher, j’aurais droit à un jeu de mots sexuel de ta part…

Et ça doit être parce qu’on est des parents trop permissifs, mais notre fiston se salit en mangeant et,ô scandale, il joue avec sa nourriture : il dépose ses patates pilées dans son verre, termine le repas avec un beau maquillage de sauce tomate, etc. Bref, j’imagine que c’est normal que quelqu’un me dise, à la vue de ce spectacle inhabituel chez les autres enfants : « Il est habitué de même. » Dès notre retour à la maison, je sors la strap à l’heure des repas, promis.

J’ai bien aimé la face de l’infirmière, après l’opération, quand elle a ramené le grand frère dans la chambre et que j’ai dit : « Hé! c’est pas mon fils, ça! »

Puis quand le médecin a commencé à nous laisser entrevoir que le grand frère pourrait, après la quatrième nuit, enfin sortir, ça ressemblait à la fin d’une messe. Il avait pas fini de parler qu’on commençait à mettre nos manteaux et ramasser notre grément!

Les infirmières semblaient insultées quand j’ai bouché la toilette et que j’ai tiré sur la sonnette « Urgent »!

En tout cas, toute cette merde est derrière nous… Oooooh! Quel excellent jeu de mots! On est tellement contents d’en être sortis! Et surtout, le personnel semblait bien content de voir partir Coux…

1 commentaire

Classé dans Nous

Sujets tabous

Il y a-tu des choses dont tu n’aimerais pas qu’on parle sur notre blogue?

De masturbation. Je pense que t’as fait le tour du sujet sur Twitter et sur Facebook.

Moi, j’aimerais pas que tu parles que je me rase les poils du nez…

Avec une tondeuse nasale, c’est surtout ça qui est tabou. C’est le Épilady des hommes.

Ça te dérangerait qu’on parle de ton problème de colon irritable?

Tu veux qu’on parle de toi?

Ça te dérangerait qu’on mette sur YouPorn nos ébats?

YouPorn, c’est-tu la version « On n’a pas les droits pour utiliser YouTube » comme dans Mirador?

Ça te dérangerait qu’on parle de l’horaire de nos ébats?

Il n’y a plus d’abonnée au numéro que vous avez composé.

Mais comme sujet tabou, ce serait dur d’accoter le post-partum de Biz… As-tu un commentaire masculin à faire là-dessus?

Je suis en post-partum, mais de MA naissance!

Commentaires fermés sur Sujets tabous

Classé dans Nous

Job de maman versus job de papa!

Il y a des affaires dans les « accessoires » de bébé qui ont été faites pour et par des femmes. Les vêtements pour bébé… On voit bien que c’est créé par et pour des femmes. Que tu commences en haut ou en bas, ces vêtements avec 30 boutons sont faits de façon à ce que lorsqu’on arrive à la fin, ça ne balance pas! Ces vêtements sont faits pour que nous, les hommes, on ait l’air d’une bande d’imbéciles en boutonnant nos enfants en « jaloux »! C’est pas des farces, des fois, j’aurais besoin d’un plan IKEA!

Le Mats Näslund du changement de couche. Pyjama, mode d’emploi : rentre une patte, rentre l’autre patte, boutonne 2-3 boutons le long de chaque jambe; l’endroit critique est le bouton sur l’entrejambe, c’est là où tout se joue, laisse-le faire, tu y reviendras plus tard; saute au cou, boutonne vers le bas, et à l’entrejambe, tout deviendra clair… On parle le même langage, là?

J’suis tanné… Chez Croteau, ils ont des pyjamas avec fermeture éclair! Génial, tu entres le bébé dedans et tu « zip »!

Zip, on passe à autre chose! Zip, pas de guili-guili entre deux boutons! Zip, on coince le dessous de menton dans la fermeture éclair…

Il y a autre chose à propos des vêtements. Les vêtements avec des oreilles d’animaux… T’sais, les capuchons avec des oreilles d’ours ou encore les pantalons avec des fausses griffes au bout. *Gros soupir* Hé! c’est un bébé, pas une mascotte! J’ai honte… C’est pas mêlant, des fois, j’trouve que le p’tit frère ressemble à Badaboum!

Ça, je l’avoue, c’est un attrape-bonne femme… 20 piastres pour un beau suit bleu nounours qui s’avère trop chaud, évidemment, donc pas moyen de mettre ça pour aller  rendre visite aux grands-parents sans risquer d’avoir un bébé trempé à destination. Là, je te le concède, ils nous mettent des tites oreilles su’l’capuchon avec un gros tissu en nounours couleur pastel, et nous, on craque à coup sûr!

Donc, vêtements = « job de maman »?

Non, tu te mets une suce dans l’oeil!

Une chose, par contre, qui est bien « job de papa », c’est de mettre des photos des p’tits frères sur Facebook. Facebook qui est le porte-feuille des années 10 (comme dans 2010, là). Avant, c’était : « Attends, je sors mon portefeuille pour te montrer mes p’tits ». Maintenant, c’est : « T’as-vu mon album Facebook avec mes photos des p’tits? » Et un album photo des p’tits sur Facebook, c’est un gage d’avoir 30 commentaires de filles… Elles sont vraiment folles des papas!

*Énorme soupir* Trop facile. Avec un chiot ou un chaton, même chose. Faudrait que tu vises plus haut, genre tu mets une photo de toi en bedaine dans le but d’obtenir 30 commentaires élogieux de filles…

C’est un défi?

Si tu le fais, t’as droit à une semaine de congé de couches! Tu vas te sentir moins cheap de rester couché!

Pffft! Moi, ma « job de papa » préférée, c’est de pousser la poussette. Et l’extase dans cette job, c’est de me promener seul dans un centre d’achat avec une poussette… C’est comme un gage de se faire cruiser! Ça fait du bien à l’orgueil de la bedaine de papa!

Tu pourrais mettre les enfants dedans quand tu vas au centre d’achat… Au lieu de me laisser seule à la maison avec les deux frères! Y aurait moins de risques que quelqu’un appelle la sécurité en voyant un homme se promenant sans enfant avec une poussette. Quand c’est rendu qu’il faut mettre « cautionnement » dans le budget…

La dernière fois, c’était une madame police… C’est plus facile qu’avec Gaston Groleau, police de St-Bruno!

C’est vrai que t’aimes toujours ça leur faire ton grand numéro de l’homme ééééploooooréééé qui a perdu ses deux fils au centre d’achat. Mais oublie les Promenades St-Bruno, t’es barré depuis que t’as fait semblant de trébucher dans les escaliers roulants avec un faux bébé naissant emmailloté.

4 Commentaires

Classé dans Nous

Smile

3 Commentaires

Classé dans Nous